Cette interview a été réalisée conjointement avec La Jeune Chambre économique de Toulouse à la suite du festival Made in 31. Vous pouvez retrouver l’interview également sur le blog de l’événement « Made in 31 ».

Suite au festival Made in 31 organisé par la Jeune Chambre économique de Toulouse, nous avons rencontré la société Alg and You au sein de l’INSA de Toulouse, vainqueur du prix de la JCE. Ils nous ont parlé des microalgues et de leur société. Un véritable projet d’entrepreneuriat social à découvrir. Nous sommes également revenus sur leur ressentie quant au Festival Made in 31.

3Q0A8165

Que signifie pour toi Crescendo ?

Pour moi c’est quelque chose de montant, qui va de plus en plus haut.

Pourquoi entreprendre ?

Je crois qu’on a besoin d’imaginer un monde dans lequel on a plaisir à être, dans lequel on peut se regarder en face les uns les autres, et il y a encore beaucoup à faire pour y arriver.

Quelle est ta définition d’un entrepreneur ?

Je pense qu’il y a autant d’entrepreneurs que de personnes, chacun doit découvrir l’entrepreneur qui est en lui. Je ne veux pas le limiter à une simple définition, mais l’entrepreneur c’est celui qui concrétise son envie de se faire plaisir et de se sentir utile à la fois.

3Q0A8173

Quel est le moment le plus excitant quand tu entreprends quelque chose ?

J’aime bien la partie créative personnellement et la rencontre avec des gens.

Peux-tu nous parler de Alg & You ?

Alg & You conçoit des Phytotières, c’est à dire des systèmes de production de microalgues alimentaires. Nous pensons vraiment que produire localement et en réseau est un défi pour demain. À travers les microalgues qui sont une source nutritionnelle incomparable, car très riche en protéines, vitamines, en fer, nous essayons de répondre à des enjeux sociétaux importants, que ce soit la malnutrition ou le défi concernant les protéines, végétales en particulier, car nous ne pouvons pas tous manger du bœuf, pas quand nous sommes 9 milliards sur Terre.

Et puis nous sommes acteurs de l’éducation à l’alimentation, en produisant chez soi on relie le producteur et le consommateur, à travers des systèmes de production de petite échelle comme l’échelle domestique, celle du restaurant ou de l’agriculture urbaine ou périurbaine, on réussit à rapprocher la production de la consommation.

3Q0A8191

Quel est précisément l’état du marché en France et quels sont vos axes de développement ?

On est sur une innovation de rupture, c’est-à-dire qu’à ce jour les microalgues sont des compléments alimentaires. Notre premier défi consiste à lancer une première transition, ayant pour but de faire passer ces microalgues et la spiruline en particulier, sous forme d’aliments, d’ingrédients alimentaires courants, sous forme fraîche plutôt que séchée ou en cachets comme on la trouve actuellement. Le second consiste à rendre accessible la production de microalgues par tout un chacun, de mettre à la portée du public la culture de la spiruline pour que le particulier puisse faire ça même dans sa cuisine.

Donc le marché n’existe pas, pour le moment on a le vent dans le dos, beaucoup de gens ont une forte envie d’adhérer à nos valeurs et d’arriver au faire soi-même qui se développe, nous avons de très bons retours d’acceptabilité de la spiruline fraîche. Les gens se rendent compte que c’est bon pour la santé, mais aussi à manger, on développe notamment des recettes et on est conscient d’obtenir l’adhésion du public. Donc il existe un marché potentiel fort et un marché actuel qui démarre.

Quel est votre type de clientèle ?

Il faut bien démarrer donc on cherche des prescripteurs, comme des restaurateurs ou des gens qui sont sensibles à leur alimentation, par exemple des gens qui consomment aujourd’hui de la spiruline sous forme de compléments alimentaires comme les sportifs qui auraient envie d’allier la nutrition et le plaisir en faisant ça de façon plus naturelle chez soi.

On a donc des prescripteurs, mais nous voulons aussi toucher des gens de catégorie sociale plus défavorisée, car il ne faut pas l’oublier c’est un projet d’entrepreneuriat social. Il ne faut pas faire une frontière sur le prix d’acquisition de la spiruline, qui est certes élevé aujourd’hui, et permettre à tout le monde d’accéder rapidement à cet aliment via l’autoproduction.

3Q0A8169

Comment souhaitez-vous développer votre société, quelle est la prochaine étape ?

La prochaine étape c’est la mise sur le marché pour laquelle nous faisons une levée de fonds d’un million d’euros. Elle sera constituée de trois gammes d’appareils : une gamme domestique avec une première version en petites séries pour tester le marché, laquelle sera déclinée avec une version SEB qui est le groupe électroménager avec lequel nous avons un partenariat pour proposer un appareil grande série très grand public. Ensuite nous avons une gamme professionnelle qui permet aux restaurants de cultiver quelques centaines de grammes de spiruline fraîche tous les jours et de les intégrer dans leurs plats.

Le troisième module c’est ce que l’on appelle les phytotières producteurs, on a un certain nombre de clients qui souhaitent se lancer dans l’agriculture urbaine ou périurbaine, ou les maraîchers qui souhaiteraient développer la spiruline au même titre que les tomates par exemple, donc on a des modules de 20m² à 500m² que l’on obtient en mettant bout à bout des cuves de culture. Ce module est conçu pour des producteurs de spiruline qui vendraient en circuit court. Donc l’accès au marché se fait par ces trois canaux.

Quel a été ton ressenti par rapport à l’événement Made in 31 ? Et par rapport au prix de la Jeune Chambre Économique de Toulouse que vous avez reçu ?

Cet événement a été une belle rencontre, cela faisait peu de temps que je connaissais la JCE et du coup j’étais très surpris par l’affluence qu’il y a eu le samedi. Le salon n’a pas désempli, les gens étaient contents et tout s’est très bien passé. Lorsque l’on a obtenu le prix, on ne s’y attendait pas du tout. Je sens qu’il y a des atomes crochus qui peuvent se développer avec la Jeune Chambre Économique parce que nous sommes sur un projet d’entrepreneuriat social, nous avons tout intérêt à créer des passerelles entre l’équipe de la JCE et la nôtre.

IMG_7181

Peux-tu nous parler de la Voile Bleue ?

Alg & You est née de La Voie Bleue qui est une association avec un fort rayonnement de l’activité économique de production et d’équipement. Elle fédère tous les acteurs qui croient aux valeurs de La Voie Bleue, c’est-à-dire qu’il faut mieux s’alimenter, trouver d’autres sources en protéines et être plus sensible à la transparence dans les filières agroalimentaires. Lorsque ces valeurs sont partagées, il y a beaucoup de choses à faire pour introduire ce nouvel ingrédient qu’est la micro-algue et mode de distribution à travers les circuits courts. La Voie Bleue est là pour, comme la JCE, impulser, et accompagner.

Il est certain que nous ne réussirons pas seuls, d’autant plus qu’il y a énormément de métiers à créer autour des microalgues alimentaires et les circuits courts. Certains s’intéressent plus à l’aspect biologique, d’autres au négoce, à la logistique, etc… Il y a tellement de choses à faire et La Voie Bleue est présente afin d’aider, d’impulser les personnes souhaitant s’intéresser à ce sujet.

Quels conseils donnerais tu à un jeune entrepreneur qui souhaite se lancer ?

Je pense que je n’ai pas le profil d’un entrepreneur classique, pas du tout, donc je dirais qu’il faut se faire confiance et qu’il faut savoir rester authentique avec ce dont on se sent porteur. Il ne faut pas déroger à cela pour rentrer dans des cases.

Personnellement ça a commencé à marcher quand je portais avec ce que j’avais en moi, des personnes se sont intéressées au projet, sont devenues mes amies et se sont impliquées à leur manière. En portant ses idées, on arrive toujours à avancer et j’en suis le premier surpris, car on aura plutôt tendance à vouloir faire comme les autres, mais ce n’est pas toujours la bonne solution.

Les-questions-rapido-2

Es-tu bouillant ?

Je suis chaud bouillant.

Motivé ou déterminé ?

Motivé.

Leader ou manager ?

Leader.

Argent ou pouvoir ?

Égalité.

Droite ou gauche ?

Gauche.

Quelle est la musique qui te motive ?

La tendresse de Bourvil.

Pierre brute ou pierre polie ?

Brute.

Que penses tu de la citation de JFK  » l’art de la réussite consiste à s’entourer des meilleurs ?  »

Je dirais plutôt que la réussite consiste à s’entourer des personnes motivées, qui ont foi dans ce qu’ils font. Chez Alg & You nous n’avons pas cherché les meilleurs, mais ceux qui venaient spontanément à nous avec les yeux qui brillent.

Je crois qu’il faut qu’on soit tous moteurs, qu’on arrive à avoir l’intelligence de se donner un cap et de tous aller dans la même direction. Mais ce n’est en aucun cas le modèle avec un leader et les autres qui suivent, tout le monde a sa pierre à apporter à l’édifice. Ce que j’attends dans l’équipe et que je trouve très important c’est l’autonomie de chacun.

3Q0A8163

Photos réalisées par notre photographe, Fabien Rouire, retrouvez son travail sur son site et sur sa page Facebook !