Article partenaire rédigé par Valentin de my-business-plan.fr.

La rédaction d’un business plan pour son projet d’entreprise n’est jamais facile. Beaucoup d’entrepreneurs commettent les mêmes erreurs, nous avons recensé les 10 principales : si vous les évitez, vous décuplez sans aucun doute vos chances de convaincre des investisseurs !

1. Passer six mois à le rédiger

Un business plan est un outil qui doit aider l’entrepreneur dans la définition de sa stratégie et la gestion de son entreprise au quotidien. Passer six mois à rédiger son business plan ne serait d’aucune utilité. Ce sont six mois de perdus que vous auriez pu consacrer à votre entreprise et à son développement. L’intérêt du business plan et de la modélisation financière qui l’accompagne est de les adapter au fur et à mesure que l’on acquiert des connaissances sur son marché, sa concurrence, etc. Un business plan n’est donc jamais terminé !

2. Privilégier le fond sur la forme

Ne vous faites pas d’illusion, les banquiers ou investisseurs qui auront votre business plan entre leurs mains ne le liront pas en entier. Ils en ont des dizaines à regarder et doivent rapidement décider s’ils vous accordent un rendez-vous. Misez donc sur la forme pour vous démarquer des autres dossiers et rendre la lecture de votre business plan agréable. Sur le fond, mettez en avant votre équipe, le besoin auquel vous répondez et la rentabilité de votre projet. Ce sont généralement les parties les plus importantes aux yeux des investisseurs.

3. Ne pas justifier ses hypothèses

Si vous dites que vous aurez une croissance de votre chiffre d’affaires de 5% en année 2 vous devez pouvoir le justifier : quelles stratégies de communication mettrez-vous en place ? Comptez-vous recruter de nouveaux salariés ? Quels sont les leviers de votre croissance ?

Plus que les chiffres que vous présentez dans votre business plan, ce sont les justifications qui sont importantes. Dans votre modélisation financière, aucune hypothèse ne doit être mise au hasard !

4. Négliger son étude de marché

L’étude de marché est ce qui vous permettra de démontrer qu’il existe un marché prêt à payer pour votre produit/service. Pour vous assurer de la réaliser sérieusement, ne vous contentez pas de copier-coller des chiffres de l’INSEE trouvés sur internet mais allez à la rencontre de vos clients potentiels. Ils savent (généralement) quelles sont leurs attentes et leurs besoins, ils vous aideront à mieux cerner votre projet et leurs retours constitueront des arguments de poids dans votre business plan.

5. Surestimer ses ventes

Votre business plan doit être ambitieux, certes, mais aussi réaliste ! Vous devez montrer aux investisseurs qui le liront que vous maîtrisez ce que vous faites. Présenter une croissance démesurée ruinera votre crédibilité.

Attention cependant à l’excès inverse ! Si vos prévisions financières ne sont pas très bonnes, mieux vaut les adapter pour les améliorer plutôt que de les présenter telles quelles : il faut vendre du rêve aux investisseurs.

6. Rédiger son business plan avant de lancer son activité

Quand on n’a pas encore commencé son activité on ignore tout ou presque sur son marché, son produit, ses clients, ses concurrents,… Ce serait donc une perte de temps de le rédiger avant d’avoir lancé son entreprise. Nous vous conseillons de lancer une première version de votre produit/service, puis de l’adapter en fonction des retours que vous aurez. Rédigez alors votre business plan quand vous aurez suffisamment d’informations à disposition, il n’en sera que plus pertinent et utile.

7. Ne pas mettre de concurrents

Si vous avez la sensation de ne pas avoir de concurrents c’est que vous n’avez pas suffisamment cherché ! Dans l’analyse de votre concurrence, faites bien attention à prendre en compte la concurrence directe (les entreprises qui proposent le même produit/service que vous) et la concurrence indirecte (les entreprises qui répondent au même besoin que vous mais avec un produit/service différent du votre).

Exemple : Vous décidez d’implanter votre pizzeria dans un zone où il n’y a aucun autre restaurant, ne vous dites pas que vous n’avez aucun concurrents. En effet vous avez certainement de nombreux concurrents indirects qui répondent au besoin de « déjeuner / dîner » : services de livraison, supermarchés ou encore boulangeries.

8. Faire une version commune à tous ses interlocuteurs

Les banquiers et les investisseurs n’attendent pas la même chose de votre business plan. Si le banquier cherchera à savoir si vous pourrez rembourser votre emprunt, l’investisseur, lui, s’intéressera à la valorisation de l’entreprise et aux hypothèses de sortie. De même, sur la forme, certains interlocuteurs se contenteront d’un business plan sous forme de PowerPoint avec une vingtaine de slides tandis que d’autres s’attendent à un dossier complet sous Word de trente pages.

9. Ne pas le montrer

Votre business plan doit être compréhensible par le plus grand nombre. Pour s’en assurer, il est fortement conseillé de le faire relire par des personnes qui ne connaissent pas votre produit et votre secteur. Acceptez les critiques et prenez-les en compte pour améliorer votre dossier !

10. Vouloir trop en dire

Un business plan n’est pas une notice détaillée de votre projet mais un document qui doit donner envie de vous faire confiance et de croire en votre entreprise. Dans la mesure du possible, ne mettez pas d’annexes. Vous devez aller à l’essentiel : 20 à 30 pages maximum. Si jamais les investisseurs veulent davantage d’informations, ils pourront vous les demander.

Si vous voulez en savoir plus n’hésitez pas à vous rendre sur le site my-business-plan.fr !

10 erreurs

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY