Retour en force des ténors du CAC40 avec 51,6 Md€ de profits

Sur le premier semestre 2017, une accélération de la croissance des principaux groupes cotés à la Bourse de Paris a été enregistrée.

En six mois, les 40 ténors de la Bourse de Paris ont réalisé un exploit de 51,6 milliards d’euros de profit. Ils inscrivent ainsi une croissance de 25 % de leurs bénéfices sur un an. Cette embellie demeure toutefois partagée, avec seulement une trentaine de poids lourds inscrivant des résultats en progression. Les plus dynamiques demeurent ArcelorMittal leader mondial de l’acier, LafargeHolcim géant du béton, Total, Kering et LVMH, les spécialistes du luxe. A l’inverse, Nokia a encore perdu de l’argent sur la période et risque d’être remplacé par Hermès au CAC40 d’ici le 15 septembre.

Grâce à cette croissance dynamique, ces entreprises ont vu leurs résultats démultipliés, après une compression des coûts ces dernières années. Sur l’ensemble de l’année 2017, les « superprofits » devraient retrouver leur niveau d’avant-crise. En effet, les prévisions annoncent un bénéfice global compris entre 90 et 100 Md€ du club des 40. Cependant, la guerre des prix dans l’alimentaire ou encore la vigueur de l’euro ne laisse pas la place à un optimisme démesuré. Les doutes quant à la poursuite de cette amélioration se multiplient.

Source : Le Monde Eco&entreprise du 02092017

Cédric Villani, chargé de la mission d’information sur l’intelligence artificielle

C’est le député et mathématicien Cédric Villani qui a été appelé pour la mission d’information sur l’intelligence artificielle.

Mounir Mahjoubi a annoncé au JDD que c’est entre les mains du scientifique médaillé Fields que repose aujourd’hui la stratégie nationale en IA. Pour le secrétaire d’Etat au Numérique, les méthodes de travail de Cédric Villani correspondent aux exigences du gouvernement. Le député des Yvelines est en mesure d’apporter des recommandations en accord avec les défis que la France s’est lancée.

Cette nouvelle mission d’information survient six mois après la présentation du plan « France IA », en mars dernier. Lors de la remise du précédent rapport sur l’IA, Villani avait en effet insisté sur l’obligation de rapprocher le monde de l’industrie à celui de la recherche. Le mathématicien dispose alors de trois mois pour présenter ces premières recommandations sur l’intelligence artificielle.

Source : Libération du 04092017

Fraudeurs fiscaux : 997 cas enregistrés en 2016

En 2016, le nombre de dossiers de fraude fiscale transmis à la justice retombe pour la première fois depuis 2013.

Dans le rapport annuel de la Commission des infractions fiscales, le nombre de plaintes autorisées en 2016 s’est établi à 977. C’est la première fois en trois ans que les cas de fraudes fiscales s’affichent sous le seuil des 1 000. Une situation qui pourrait relancer le débat autour du système de poursuite des fraudeurs fiscaux devant les tribunaux. En effet, la justice a débouté 6,2 % des plaintes sur la période. Pour la commission encore inconnue du public, ce repli est justifié par un défaut de soumission en justice à la fin d’année.

De son côté, la DG-FIP ou Direction générale des finances publiques évoque des contrôles fiscaux plus ciblés. Le fisc se concentre désormais sur les cas pouvant lui rapporter gros. Ce qui explique d’ailleurs une baisse des contrôles auprès des particuliers comme des entreprises, d’où le recul des dossiers à transmettre. Toutefois, le montant moyen des dossiers de fraude fiscale a progressé de 3,6 % en 2016. Il s’établit à 350 500 euros. Dans le secteur du BTP représentant 24 % des cas validés, un montant exceptionnel de plus de 300 millions d’euros a aussi été enregistré.

Source : Le Figaro Economie du 05092017

L’industrie excelle dans le Top 1 000 des PME européennes à forte croissance

La Bourse de Londres a publié ce mardi 5 septembre son classement des 1 000 PME les plus dynamiques d’Europe.

Les éléments publiés semblent dévoiler un renouveau de l’industrie européenne. En effet, les petites et moyennes entreprises issues du secteur de l’industrie représentent 20 % du classement. Elles devancent largement les PME de l’agroalimentaire, représentant 11 % du top 1 000, contre seulement 5 % des entreprises des nouvelles technologies. Ces entreprises de l’industrie affichent une croissance de 171 %, contre 112 % et 65 % pour l’agroalimentaire et la technologie. Elles enregistrent un taux de croissance annuelle de 103 %, et un chiffre d’affaires moyen de 59 millions d’euros.

Le classement met également à l’honneur les entreprises de la recherche et du développement, à l’instar de l’entreprise irlandaise Aerogen ou encore du fabricant allemand BMZ. La PME néerlandaise fabricant de cartons de jong se démarque même avec un taux de croissance annuel de 220 % sur les trois dernières années. Cependant, ces données de la Bourse de Londres cachent la réalité sur la part de l’industrie dans l’économie européenne. En effet, le secteur a reculé de quatre points en 20 ans, pour s’établir désormais à 19 %.

Source : Le Monde Eco&entreprise du 06092017

L’Europe lance la refonte de la fiscalité des entreprises du numérique

Une réforme de la fiscalité des entreprises du web fera l’objet d’un conseil informel les 15 et 16 septembre à Tallinn.

Le conseil informel est mis en place pour travailler sur la refonte de la fiscalité des entreprises du numérique. L’Estonie, aujourd’hui à la présidence de l’Union européenne souhaite trouver en urgence une réforme fiscale structurelle et efficace pour les géants du web. La pratique de ces derniers laisse en effet à désirer en matière de taxation. Ces entreprises remontent leurs profits vers les pays à faible taux d’impôt comme l’Irlande, alors qu’elles sont taxées suivant la domiciliation de leurs activités.

La France compte d’ailleurs parmi les « victimes » de cette stratégie fiscale bien rodée. Les profits record non taxé des géants américains sur le territoire français en sont le parfait exemple. Face aux recettes fiscales en jeu, la mise en place d’une assiette commune à ses entreprises digitales est une première piste à explorer. De son côté, la France envisage la création de taxes spécifiques aux sources de profits des acteurs du net, comme le vidéo streaming ou les publicités en ligne. Pour la présidence estonienne souhaitant trouver une position commune avant la fin d’année, une solution fiable à long terme demeure l’unique issue à cette refonte fiscale.

Source : Les Echos du 08092017

Report de l’exonération des heures supplémentaires après 2018

Le gouvernement vient officiellement de repousser son projet d’exonération des heures supplémentaires.

C’est sans grande surprise que Bercy annonce le report de l’exonération des heures sup. Début juillet, Édouard Philippe n’avait pas cité le projet parmi les réformes à venir dans la loi de finances pour 2018. Ce report révèle une fois de plus les difficultés de l’Etat à boucler son budget 2018. Il s’agit en effet d’une mesure très populaire mise en place par Nicolas Sarkozy en 2007. Après son annulation en 2012 par François Hollande, Emmanuel Macron avait annoncé sa reprise dans son programme présidentiel.

Ces exonérations fiscales et de charges sociales constituent de réels leviers d’amélioration du pouvoir d’achat des classes populaires et moyennes. Elles n’en demeurent pas moins des dispositifs particulièrement coûteux pour le gouvernement. Selon le chef d’Etat, ces exonérations représenteraient près de trois milliards d’euros en année pleine. Pourtant, les dernières données du ministère du Travail révèlent que 46 % des salariés ont fait des heures supplémentaires.

Sources : Le Figaro Economie du 08092017