Paris passe à l’offensive pour attirer les financiers londoniens

Les stratégies déployées par la France pour attirer les banques londoniennes sont perçues comme trop « agressives » par La City. Paris semble tenter de tirer profit du Brexit pour affaiblir la Grande-Bretagne.

Selon l’analyse de Jeremy Browne, représentant spécial de la corporation de la City de Londres auprès de l’UE, l’offensive parisienne face au Brexit est tout simplement inquiétante. Suite à son entretien au ministère des finances et à la Banque de France, début juillet, M. Browne atteste que le « complot français » risque fort de déstabiliser La City et de nuire à la Grande-Bretagne.

Pour Catherine McGuinnesse, présidente du comité politique de La City, il est tout à fait compréhensible que Paris tente d’attirer des emplois. Toutefois, attirer les financiers londoniens par des formalités simplifiées et autres avantages fiscaux entraînerait une désorganisation totale des dispositions sur les services financiers. Une inquiétude partagée ailleurs dans l’UE semblerait-il. Paris n’est pas encore préparé pour occuper une place financière à taille mondiale.

Source : Les Echos du lundi 24 juillet 2017

Brexit : un millier d’emplois rapatriés de Londres à Paris

A l’issue de la rencontre du ministre de l’Economie et des Finances avec les dirigeants des principales banques de la FBF, un transfert de 1 000 emplois dans l’Hexagone est à prévoir.

Les banques françaises envisagent le transfert de quelque 1 000 emplois de Londres à Paris, dans le cadre du Brexit. Cette démarche devrait attirer les acteurs financiers vers le Vieux Continent, qui serait le nouveau point de chute opérationnel de l’Europe. Pour les banques et le gouvernement, ramener autant d’emplois à Paris permettrait à la capitale de se positionner en tant que place financière compétitive.

A l’heure où de nombreux acteurs financiers hésitent sur l’implantation de leur siège en Europe, cette transition tombe à point. La FBF annonce que les activités de financement et d’investissement des groupes bancaires matérialisent environ 41 000 travailleurs, et plus de 16 000 salariés pour leurs filiales de gestions d’actifs. Entre autres, ce transfert d’emplois conduira indirectement à créer près de 3 000 nouveaux emplois dans la Ville Lumière.

Source : Le Monde du samedi 22 juillet 2017

Achats publics : légère remontée de 2,5 %

Après avoir atteint leur point le plus bas en 2016, les achats publics remontent au premier semestre 2017.

La commande publique affiche une légère reprise sur le premier semestre 2017. Le baromètre de l’Assemblée des communautés de France et de la Caisse des Dépôts révèle une hausse de 2,5 % sur une année. Cette progression mesurée se chiffre à plus de 38 milliards d’euros. Ce rebond est amorcé depuis quelques mois, pour afficher au second semestre une croissance de l’ordre de 9 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Cette reprise tardive des achats publics résulte de la progression de 21 % des achats des collectivités en début d’année. Sur le semestre, la croissance s’établit à 22,3 milliards, soit à 2,8 %. A noter également le coup d’accélérateur de l’importante déflation des achats publics en 2016, la chute des dotations aux collectivités ainsi que l’attentiste attaché à la réforme territoriale. Avec 58 % de la commande publique représenté par les administrations locales, la tendance à la hausse des achats publics se confirme.

Source : Les Echos du mardi 25 juillet 2017

C’est confiant que les Français abordent l’avenir

Le regain d’optimisme se fait sentir auprès d’un Français sur deux. L’euphorie se confirme sur le plan économique, tandis que dans les domaines personnels le regain de foi progresse moins vite.

D’après une récente étude du Cepremap ou Centre pour la recherche économique et ses applications, 48 % des Français abordent de façon positive l’avenir économique du pays. En parallèle, l’optimisme à l’égard de l’Europe a gagné huit points. L’enquête révèle également que les Français sont plus confiants par rapport à l’évolution de leur niveau de vie, de même que de leur capacité d’épargner.

Ce retour de confiance ressort de l’amélioration économique constatée entre juin 2016 et juin 2017. L’« effet Macron » a aussi amplifié ce ressenti plus optimiste des Français, bien que l’amélioration de la conjoncture n’affecte pas uniformément toutes les catégories socio-professionnelles. En effet, le regain de foi croît moins chez les plus modestes et les non-diplômés.

Source : Les Echos du mardi 25 juillet 2017

L’accord du Sénat pour le report d’un an du prélèvement à la source

Le Sénat a donné son feu vert pour reporter d’un an le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

Le report de prélèvement à la source vient d’être officiellement confirmé au Sénat. Cette mesure élaborée sous le quinquennat Hollande est reportée pour 2019. Une mesure phare de la dernière loi de finances que les députés ont approuvé en première lecture le 13 juillet 2017.

Le feu vert a été accordé après le rejet de deux amendements de suppression de la mesure par les sénateurs. Pour le gouvernement, cette réforme s’inscrit dans le projet de loi pour la réforme du dialogue social. Ce qui lui permet de légiférer la mesure par ordonnances.

Source : Les Echos du mercredi 26 juillet 2017

Paradoxe entre taux de chômage et reprise économique

Les chiffres de Pôle emploi ne reflètent en rien la reprise de l’économie française. Le paradoxe est tel que le taux de chômage a progressé de 0,5 % sur le premier semestre 2017.

Selon les chiffres publiés par le ministère du Travail, le nombre de chômeurs  a baissé de 0,3 % en juin. Sur la période, Pôle emploi enregistre uniquement 10 900 chômeurs de catégorie A. Malgré une baisse de l’ordre de 0,7 % sur le second trimestre 2017, le taux de chômage a grimpé de 0,5 % sur le premier semestre. Le nombre de sans-emploi en métropole s’établit ainsi à 3,48 millions.

A en juger ces données, le secteur du travail ne parvient pas à suivre la tendance de la reprise économique. Pour l’économiste Mathieu Plane, ces statistiques sont contradictoires avec la réalité du terrain. En effet,  les créations d’emplois ont redoublées depuis un an, avec près de 300 000 nouveaux emplois. Or, le taux de chômage doit baisser à partir de 140 000 emplois créés.

Source : Le Parisien du mercredi 26 juillet 2017

Emmanuel Macron : ses quatre engagements

Le président de la République Macron se lance un pari audacieux en annonçant ses quatre engagements en ce début de mandat.

Emmanuel Macron fait preuve de fermeté vis-à-vis de l’immigration économique. La France reste ouverte aux personnes en danger dans leur pays, mais veut rendre plus efficace l’expulsion des émigrés révoqués du droit d’asile. Macron promet aussi de réduire à six mois les procédures de demande d’asile. D’ici la fin de l’année, les dossiers seront traités en Afrique, dans un délai raccourci.

Le chef d’Etat s’engage également à créer des hébergements d’urgence pour sortir les migrants de la rue. En effet, il affirme que tout le monde doit être logé dignement sur le territoire français. Enfin, le Président se prête à renforcer la lutte contre les filières terroristes et des trafics d’êtres humains. Pour démanteler ces filières en amont, Emmanuel Macron mise sur l’Alliance pour le Sahel, lancée le 2 juillet 2017.

Source : Le Figaro du vendredi 28 juillet 2017

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please copy the string 1cSyOH to the field below: