Maxence Pieulhet, 21 ans, est en charge de la préparation physique de l’équipe U19 de l’AS Saint-Priest (Ligue Honneur de la Ligue Rhône-Alpes). Éducateur fédéral depuis 5 saisons, il est actuellement en Master Préparation Physique, Mentale et Réathlétisation (PPMR). Il propose ses conseils au travers d’articles et de vidéos sur sa page Facebook : PMAx.

Le 27 février dernier, après avoir été reçus par Nicolas Daragon, Maire de Valence, nous avons eu l’opportunité de rencontrer un jeune talent de la région, Maxence Pieulhet. La rencontre a eu lieu  au Comptoir du Théâtre, un excellent bistro/bar à vins, en plein cœur de Valence. Maxence nous a parlé de préparation physique, de performance et de son projet PMAx.

Nous avons décidé de rencontrer Maxence parce qu’il est porteur d’un projet intéressant et ambitieux. Mais aussi parce que nous considérons que les leviers qui mènent à la performance dans le sport de haut niveau peuvent être transposés au monde de l’entreprise, comme nous l’avons vu avec Gilles Séro lors d’une précédente interview.

3Q0A5344Quelle est ta définition du mot : Crescendo ?

Crescendo pour moi c’est commencer par la base pour gravir les échelons petit à petit. Aller le plus haut possible, progressivement, sans brûler les étapes.

Pourquoi entreprendre ?

Entreprendre pour moi, cela permet de se différencier des autres en créant de nouvelles choses.

Quelle est ta définition d’un entrepreneur ?

Un entrepreneur c’est quelqu’un qui commence avec ses idées, qui les propose et met à profit toute son expérience pour offrir des prestations de qualité.

Quel est le moment le plus excitant quand tu entreprends quelque chose ?

C’est le retour des gens. J’apprécie les retours positifs, mais aussi les retours négatifs. Ce sont les retours négatifs qui me permettent de me remettre en question, de progresser et de m’améliorer.3Q0A5329Est-ce que tu peux nous parler de ton projet : PMAx ?

J’ai commencé à travailler dessus pendant l’été 2015, à Saint-Jean-de-Luz, quand je travaillais pour Jean-Michel Larqué. PMAx est un jeu de mots avec PMA, puissance maximale aérobie et mes initiales.

Pour l’instant ça se matérialise par une page Facebook, PMAx, où je propose des articles et des vidéos en lien avec la préparation physique. J’espère monter ma société à la fin de mes études, dans deux ans. Peut-être plus tard si j’ai l’opportunité d’intégrer un club professionnel, une fois que j’aurai obtenu mon Master.

Pour l’instant je me prépare, je sème, je me tiens prêt.

Tu parle de « semer », qu’est-ce que tu entends par là ?

Pour l’instant j’ai pas forcément de retours sur mon travail. Je me donne à 200%, mais je ne vis pas de cette activité. Je fais ça tout seul, pour me faire connaître, ce qui est très important. J’essaie de créer un public qui sera attaché à mon travail.

Je ne m’impose aucune barrière, mais il faut forcément commencer d’en bas. Si je me dis que, dès le départ, je vais travailler avec des footballeurs de haut niveau ça ne va pas marcher, c’est assez étroit. Je me dis que je vais commencer avec le maximum de personnes, peu importe l’âge ou le sport.

3Q0A5350Est-ce que tu es capable de t’adapter à tous les sports ? Les efforts ne sont pas les mêmes.

Oui j’en suis capable, c’est ce qui fait la force d’un préparateur physique. Comme chez les médecins il y a des préparateurs physiques spécialistes et des généralistes.

Le préparateur physique doit avoir une grande base de connaissances transversales : anatomie, physiologie, diététique… Ces connaissances doivent converger vers la spécificité d’une activité sportive. Que j’intervienne auprès d’un nageur ou d’un rugbyman, je vais devoir faire des analyses de la tâche assez poussées pour connaitre avec précision les activités de chacun. Grâce à de larges connaissances générales je suis capable de m’adapter et de me spécialiser quand il le faut.

Les langues étrangères sont aussi importantes, surtout l’anglais. La majeure partie des études scientifiques publiées sont en anglais. Donc c’est indispensable pour être au courant des dernières avancées.

Tu t’orientes donc également vers de la préparation physique individuelle ?

Oui, c’est aussi ce que j’essaie de mettre en œuvre avec PMAx. J’ai suivi une formation, en 2015, avec un préparateur physique individuel : Fabien Richard. C’est un préparateur individuel qui a travaillé avec Ben Arfa, Cabaye et Gomis, entre autre.

Il y avait un article sur lui dans l’Equipe de ce matin, où il explique que la préparation individuelle est assez mal vue dans le football. Les clubs pensent souvent que lorsqu’un joueur fait appel à un préparateur individuel, c’est qu’il y a un problème avec ceux du club. Pour moi c’est quelque chose qui doit encore se développer, la préparation individuelle peut être complémentaire de la préparation en club. En NBA, par exemple,  beaucoup de joueurs ont leurs préparateurs.

Pour moi c’est comme à l’école, quand on a des difficultés dans une matière bien précise, on va faire appel à un professeur pour des cours particuliers. C’est la même chose en préparation physique. Le joueur qui a des déficits sur certaines qualités athlétiques ou qui veut renforcer certains points forts, doit faire appel à un préparateur individuel.

3Q0A5330

Tu nous as parlé de clubs professionnels soit comme l’aboutissement de tes études ou la pierre angulaire de ton premier projet. Pourquoi viser ce type de structures ?

C’est ce qui fait rêver. Pour moi ce serait un aboutissement, une belle place à prendre. Commencer par un club amateur et monter progressivement ça serait formidable.

Il y a une semaine, j’étais à une réunion avec des formateurs de l’Inter Milan. Ils nous racontaient que le formateur des U16 de l’Inter, Mohamed Chacha, avait commencé par la base. C’est le rêve de tout footballeur d’intégrer un club pro, pour leurs structures, l’ambiance et les stades pleins le weekend. Le monde professionnel permet de travailler dans un environnement sain et de qualité.

Qu’est-ce que tu penses du fait qu’un blog mise sur toi et fasse un article alors que tu es encore inconnu ?

C’est une fierté, je n’ai que 21 ans. Je profite toutes les rencontres que je fais depuis que j’ai décidé de devenir préparateur physique. Je me dis que toutes ces rencontres ne sont pas uniquement liées à la chance, j’essaie de tout faire pour que ça arrive. Dès que je peux entamer un échange, créer du lien, je me lance et je sais qu’à long terme ce sera payant.

questionsrapido

Prise de risque ou sécurité ?

Prise de risque. Parce que j’essaie de ne jamais rester dans ma zone de confort, je veux être innovant.

Tu es bouillant ?

Oui, je suis bouillant  !

Motivé ou déterminé ?

Ultra motivé par mes objectifs.

Leader ou manager ?

Leader. Un préparateur physique se doit d’amener l’ensemble de ses sportifs vers la performance.

Argent ou pouvoir ?

Pouvoir. Parce que le pouvoir vient avec la compétence.

Droite ou gauche ?

Gauche.

Une musique qui te motive ? (Retrouvez la playlist Crescendo)

J’adore la musique ! Pour me motiver j’écoute Disco Inferno de Fifty Cent.

Pierre brute ou pierre polie ?

Pierre brute. On est tous des pierres brutes au départ et on se transforme grâce à notre travail.

Qu’est-ce que tu penses de la citation de JFK que nous utilisons : « L’art de la réussite consiste à savoir s’entourer des meilleurs » ?

C’est la base, j’adore cette citation. Pour moi c’est tout à fait vrai, surtout dans le domaine de la préparation physique. En plus des compétences il faut forcément  les relations qui te permettent, un jour, de percer. J’ai compris assez tôt qu’il était important de savoir s’entourer.

3Q0A5337Maxence entouré par Stélio et Pierre les co-fondateurs du Blog, au Comptoir du Théâtre à Valence.

Photos réalisées par notre photographe, Fabien Rouire, retrouvez son travail sur son site et sur sa page Facebook !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY