Cet article est rédigé par Stelio Lardo sur le blog de l’événement « Made in 31 »  organisé par la Jeune Chambre Economique de Toulouse.

Crescendo relaye car il correspond entièrement à nos valeurs et à nos objectifs. C’est pour cela que souhaitons mettre en avant un événement comme « Made in 31 », qui promeut et qui récompense les entreprises et les start-ups sur notre territoire.

« A Toulouse, il n’y a que le rugby, la saucisse et Airbus » voilà les clichés qui résument souvent Toulouse et son département. Soyons clair en aucun cas il ne s’agit de renier nos succès rugbystiques, gastronomiques et aéronautiques. Cependant, il existe d’autres atouts en Haute Garonne qui gagnent à être connus de tous, et en particulier du grand public.

Au cours de ces dernières années le département a vu émerger des pépites d’entreprises, qui ont connu ou connaissent en ce moment un succès fulgurant dans leur secteurs respectifs. Néanmoins, ces entrepreneurs restent pour la plupart méconnus du grand public local. Par ailleurs, en ces temps de crise, les jeunes de la Jeune Chambre Economique de Toulouse ont voulu casser les idées préconçues que l’économie française n’est pas dynamique et évolutive.

C’est pourquoi la Jeune Chambre Economique souhaite créer l’opportunité d’une rencontre entre les citoyens et les entreprises qui réussissent dans le 31, afin que les uns se rendent compte du dynamisme économique de notre département et que les autres gagnent un soutien local plus fort.

logov3

Découvrir l’économie locale de façon ludique, c’est le credo que s’est donné le festival «Made in 31» qui aura lieu samedi 4 juin au Quai des Savoirs à Toulouse.

Cet événement mettra en exergue 31 entreprises originaires de la Haute-Garonne et sélectionnées à l’issue d’un concours. Les sociétés retenues témoigneront de la diversité, de la richesse culturelle, du savoir-faire et du potentiel de l’économie du département.

Lors de cette journée d’exposition, les entreprises exposantes proposeront des jeux, des initiations, des tests, et démonstrations destinées aux petits et aux grand. Le tout dans une ambiance conviviale propice aux échanges.

Les visiteurs pourront voter pour leur entreprise préférée, décernant ainsi le Prix du Public. La CCI récompensera l’entreprise qui a généré le plus de croissance, la JCE remettra un prix « coup de coeur » à un jeune entrepreneur âgé de 18 à 40 ans en référence au thème national de l’association pour 2016 « La jeunesse est d’utilité publique ».

Mais qui mieux, pour nous parler de ce festival que les deux directeurs de l’événement (Marine Schattel et Paul Louge) et la Présidente de la Jeune Chambre Economique de Toulouse (Claire Greco). Découvrez ci-dessous, une interview qu’ils nous ont accordé afin de parler du festival :

P1100340L’équipe de Made in 31.

La JCE organise cet événement, pouvez-vous nous décrire ce qu’est la JCE et quelles sont ses valeurs ?

Claire Greco : La Jeune Chambre Economique est une association d’utilité publique, née en France en 1952, de jeunes citoyens venant de tout horizon et âgés de 18 à 40 ans.

Sa mission est d’apporter des réponses innovantes, par l’analyse et par l’action, aux problèmes et enjeux de société, de sensibiliser les jeunes entreprenants à la citoyenneté et de former à la prise de responsabilités dans le développement de projets concrets. 

La JCE est apolitique, avec une empreinte de fraternité universelle, de liberté et de respect de l’individu. Elle prône le droit d’entreprendre, ainsi que l’équité sociale et culturelle, comme sources de progrès. Elle participe à l’amélioration de la cité sous la bannière du civisme et s’appuie sur le sens de l’engagement et la vision originale de ses membres pour servir le bien commun.

Toulouse, nous sommes 35 membres et une dizaine de postulants. Nous sommes une jeunesse citoyenne engagée, un laboratoire d’idées et une pépinière de projets bénéficiant d’une méthodologie éprouvée de gestion des actions. Enfin, la convivialité est au cœur de notre mouvement de bénévoles.

P1000680Claire Greco lors du cocktail de présentation de Made in 31.
– 
Comment vous est venue l’idée de Made In 31 ?
Marine Schattel : Le thème national de l’année 2015 pour la Jeune Chambre Economique Française était « Les économies du futur« . Claire Greco a lancé un brainstorming qui a donné  naissance à la commission.
L’idée principale était posée : nous voulions promouvoir les entreprises remarquables auprès des citoyens au cours d’un moment convivial, reflétant l’esprit du sud-ouest.
 –

P1000651Marine Schattel, directrice de Made in 31.

Quel a été l’historique de l’événement ?

Paul Louge : Au départ, nous voulions recréer un marché typique mais qui aurait pour originalité d’exposer non des fruits et légumes, mais des start-up.

Nous étions alors 4 à travailler sur ce projet. Nous avons lancé une phase d’enquête afin d’identifier les évènements et acteurs déjà existant sur ce terrain. Cette analyse nous a permis de mieux nous positionner et de proposer une journée unique.

Au fur et à mesure, de nouveaux membres et observateurs ont rejoint l’équipe et leurs idées ont permis d’affiner l’action. Made in 31 était né !

P1100311Paul Louge, co-directeur de Made in 31.

Comment s’est passé la sélection des entreprises ?

Marine : Au cours d’une réunion de travail, nous avons défini les critères objectifs grâce auxquels nous souhaitions sélectionner les entreprises. Afin de respecter notre positionnement et de réaffirmer le caractère innovant de l’action, les entreprises devaient répondre notamment aux éléments suivants :

  • une empreinte locale forte,
  • des produits et/ou services innovants jusqu’alors « confidentiels » auprès du grand public,
  • une démonstration ludique et interactive.
Nous avons lancé un appel à candidatures sur notre site internet et avons analysé les candidatures reçues au regard de ces critères. Une première sélection a été effectuée, et nous avons ainsi pu recevoir une quarantaine d’entreprises afin de mieux les connaître et de finaliser notre choix.
 
P1000652
Marine Schattel présentant les entreprises sélectionnées.
Est-ce qu’il a été difficile de mobiliser les partenaires pour financer l’évènement ?

Claire : Honnêtement non ! Le démarrage a été un peu lent car nous souhaitions l’accord du premier partenaire ciblé avant de se lancer dans la production du festival. Il s’agissait de la CCI de Toulouse.

A partir de cet accord de principe, nous avons commencé par vendre le projet aux entreprises représentés par des membres de la JCE de Toulouse. Toute l’équipe qui travaillent sur Made in 31 est passionnée et déborde d’énergie lorsqu’elle en parle !

Ce que nous demandons aux partenaires est raisonnable. Nous veillons à ce qu’ils y trouvent un intérêt et nous ne cherchons pas à faire du profit mais seulement à autofinancer nos actions. Il y aussi eu un effet « boule de neige » après les premiers efforts sur la communication du festival.

Et la suite ?

Paul : La JCE a vocation à impulser des actions d’utilité publique et à les transmettre. A la suite du Festival, un nouveau brainstorming interne à la JCE aura lieu, ainsi qu’une réunion avec nos partenaires afin de faire le bilan. Ces échanges permettront de définir quel avenir s’offre à Made in 31.

P1100309Salle comble à la CCI de Toulouse lors de la présentation à la presse et aux partenaires des entreprises sélectionnées.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE

Please copy the string Q6q4NQ to the field below: